2018

Greta Thunberg, COP 24 , source

Our civilisation is being sacrificied for the opportunity of a very small number of people to continue making enormous amount of money.

Noah Chomsky, Le profit avant l’Homme , 44

Au Mexique, les conséquences [de l’ALENA] étaient particulièrement graves, surtout pour le Sud. Depuis l’imposition dans les annes 1980, des programmes néo-libéraux, les salaires avait fortement baissé. La chute s’est poursuivie après la signature de l”ALENA : les travailleurs salariés ont subi une perte de revenus de 24% - 40% pour les travailleurs indépendants -, effet encore amplifié par l’augmentation rapide du nombre des travailleurs non salariés. Les investissements étrangers se sont accrus, mais le total des investissements a diminué, tandis que l’économie passait aux mains des multinationales étrangères. Le salaire minimum a perdu la moitié de son pouvoir d’achat. La production manufacturière a baissé, le développement a stagné - peut-être même s’est-il inversé. Mais une mince couche sociale est devenue extrêmement riche, et les investisseurs étrangers ont prospéré.

[…]

Tout cela avait été prédit par les critiques de l’ALENA, notamment par l’OTA et les syndicats. Ils s’étaient seulement trompés sur un point précis. La plupart d’entre eux s’attendaient à un fort exode rural, des centaines de milliers de paysans étant chassés des campagnes, mais il ne s’est pas produit. Il semble que les choses se soient aggravées à ce point que dans les villes, en partie pour se diriger vers les Etats-Unis. Ceux qui survivent - pas tous - au franchissement clandestin de la frontière y travailleront pour des salaires très faibles et dans des conditions épuvantables. La conséquences de tout cela, ce sont des vies et des communautés détruites au Mexique, tandis que l’économie américaine en profite : comme le souligne l’étude du Woodrow Wilson Center, la consommation des classes moyennes urbaines continues à être financée par l’appauvrissement des travailleurs agricoles, au Mexique comme au Etats-Unis.

Tels sont les coûts de l’ALENA, et plus généralement de la mondialisation néo-libérale, que les économistes préfèrent souvent ne pas évaluer. Mais même au en utilisant des normes de calcul fortement idéologisées, on constate qu’ils sont très élevés.

Aucune de ces observations ne fut autorisée, lors du sommet, à gâcher la célébration de l’ALENA et de la ZLEA. Dans leur grande majorité, les gens ne connaissent ce ces questions que ce qui se rapporte à leur propre existence, à moins qu’ils ne soient en contact avec des organisations militantes. La presse libre les protégeant avec soin de la réalité, beaucoup d’entre eux ont l’impression d’être ratés, incapables de prendre part au plus grand bonheur économique de l’Histoire.

Noah Chomsky, Le profit avant l’Homme , 50

Ce qui reste de la démocratie doit être désormais considéré comme le droit de choisir entre des marchandises.

Noah Chomsky, Le profit avant l’Homme , 83

On connaît bien l’éloge qu’Adam Smith fait de la division du travail, mais beaucoup moins sa dénonciation de ses effets déshumanisants, qui transforment les travailleurs en objets aussi stupides et ignorants qu’il est possible à une créature humaine de l’être. C’est là quelque chose qu’il faut empêcher dans toute société civilisée et développée par une action de l’Etat, afin de surmonter la force destructrice de la fameuse main invisible. On ignore également que Smith pensait qu’une sorte de régulation d’Etat en faveur des travailleurs est toujours juste et équitables, mais pas quand elle est en faveur des maîtres ; de même que son appel à l’égalité de conditions, qui était au coeur de son plaidoyer pour la liberté des marchés.

Un autre penseur majeur du panthéon libéral allait encore plus loin. Wilhem won Humboldt condamnait le travail salarié en soi : quand le travailleur est soumis à un contrôle extérieur, écrivait–il, nous pouvons admirer ce qu’il fait, mais nous méprisons ce qu’il est. L’art progresse, l’artisan recule., observait Alexis de Tocqueville, autre grande figure du libéralisme. Comme Smith et Jefferson, il pensait que l’égalité de conditions était une importante caractéristique d’une société juste et libre. Voilà cent soixante-ans, il mettait en garde contre les dangers d’une permanente inégalité des conditions. Il redoutait que ne sonne le glas de la démocratie si l’aristocratie manufacturière que nous voyons s’élever sous nos yeux aux Etats-Unis, l’une des plus dures qui ait jamais existé au monde, sortait de ses frontières - comme elle le fit plus tard, dépassant de loin ses pires cauchemars.

Noah Chomsky, Le profit avant l’Homme , 90

L’auteur transcrit la pensée de James Madison et Lance Banning.

La constitution était, intrinsèquement, un document aristocratique destiné à contrer les tendances démocratiques de la période. livrant le pouvoir aux meilleurs et empêchant ceux qui n’étaient ni riches ni bien nés, ni connus, de l’exercer.

[…]

Madison prévoyait que la menace de la démocratie risquait de s’aggraver avec le temps en raison de l’accroissement de la proportion de ceux qui se heurtent à toutes les difficicultés de l’existence, et rêvent en secret d’une distribution plus équitable. […] Il ne faut pas compter sur ceux qui n’ont pas de biens, ni l’espoir d’en acquérir, pour témoigner une sympathie suffisante aux droits de propriété. Sa solution consistait à maintenir le pouvoir politique entre les mains de ceux qui sont issus de, et représentent, la richesse de la nation, le groupe des hommes les plus capables face à un peuple fragmenté et désorganisés.

Noah Chomsky, Le profit avant l’Homme , 133

A la fin de février 1996, alors que les Etats-Unis s’indignaient de voir Cuba abattre deux avions d’un groupe anti-castriste basé en Floride, ceux-ci ayant à plusieurs reprises violé l’espace aérien cubain et lâché au-dessus de la Havane des brochures appelant les Cubains à la révolte, […] nous pourrions nous demander comment les Etats-Unis réagiraient si des avions libyens volant au-dessus de New-York et de Washington, lâchaient des brochures appelant les Américains à se révolter, et ce après des années d’attaques terroristes contre des cibles situées sur le sol national ou à l’étranger.

Noah Chomsky, Le profit avant l’Homme , 140

L’administration [Clinton] prodiguait des fonds publics à l’industrie des hautes technologies avec un abandon jusque-là inconnu.

Noah Chomsky, Le profit avant l’Homme , 166

Près de la moitié des tentatives d’implantation des syndicats sont compromises par les menaces que brandissent les employeurs de délocaliser la production à l’étranger : c’est ainsi que l’on place des panneaux Transferts d’emplois aux Mexique devant une usine où les travailleurs tentent de s’organiser. Et ce ne sont pas des paroles en l’air : quand malgré tout, les syndicats réussissent à se maintenir, les employeurs ferment l’usine, en totalité ou en partie, trois fois plus souvent qu’avant l”ALENA (dans près de 15% des cas). […] En bref, le danger, c’est la démocratie, aux Etats-Unis et ailleurs. […] Selon Human Rights Watch, l’administration Clinton refuse toujours de rendre au gouvernement haïtien 160.000 pages de documents saisis par les troupes américaines, pour éviter d’embarrassantes révélations sur la complicité des Etats-Unis avec les auteurs du coup d’Etat.

Anne Cofell Saunders, Jane Espenson, Battlestar Gallactica , épisode S3 , source

Quand le carburant coule, mes coups de fil sont sans effets, en revanche, à la minute où il y a un ennui pour fournir le carburant, j’arrive à avoir un entretien dans la minute avec la présidente et l’amiral. Peut-être qu’on devrait se décider à avoir plus d’ennuis à l’avenir.