XD blog

blog page


2020-10-12 Néonicotinoïdes, c'est un poison

J'avoue que je ne comprends toujours pas pourquoi il fallait réintroduire ces produits excessivement dangereux. D'après les économistes, l'impact de leur suppression est quand même plutôt limitée. Des traces de néonicotinoïdes trouvées dans 10% des aliments végétaux, Etude des effets liés à l’exposition aux insecticides chez un insecte modèle, Drosophila melanogaster, Pesticides et impacts sanitaires : les liens de cause à effet se resserrent, Retour des néonicotinoïdes, les Français attachés au système hospitalier, le projet de loi sur les séparatismes... Les informés du mardi 6 octobre.

2020-09-27 On n'est pas sorti de l'auberge

On n'est pas sorti de l'auberge, littéralement, tant un nouveau confinement paraît inévitable. Le virus se répand car la moitié des personnes qui sont positives au coronavirus sont asymptomatiques et ignorent qu'elles sont contaminantes. La France fait un million de tests par semaine, mais on ne sait toujours pas combien de tests elle est capable de faire avec un résultat en 24h, moins assurément. Si on fait un million de prélèvements mais que nous sommes capables de compléter 750.000 tests par semaine, 250.000 tests sont réalisés la semaine d'après. Après 4 semaines, c'est un million de tests qui sont reportés à la semaine d'après. Le gouvernement annonce comme à son habitude des mesures 24h avant de les appliquer sans donner une quelconque visibilité aux citoyens alors que la dynamique de l'épidémie est comprise et pourrait être anticipée.

C'est le message de Catherine Hill, elle martèle ce message depuis plusieurs mois déjà. COVID-19: L'ÉPIDÉMIOLOGISTE CATHERINE HILL PRÉVOIT UNE SITUATION IDENTIQUE À LA MI-MARS DANS UN MOIS, Coronavirus : "La stratégie n'est pas la bonne", dénonce Catherine Hill. Elle propose notamment de réaliser des tests groupés, Catherine Hill: "Avec les tests groupés, on pourrait tester 4 millions de personnes par semaine", une façon intéressante d'économiser les réactifs nécessaires aux tests et une réponse élégante au problème actuel qui n'est pas le prélèvement chez le patient mais la réalisation du test en laboratoire. Comment utiliser au mieux ces 500.000 tests que nous sommes capables de faire en 24h ?


more...

2020-09-19 Des tests qui ne servent à rien

Je me suis fait testé m-août. J'ai reçu le résultat six jours après le prélèvement. Il paraît que c'est pire maintenant. Autant dire que si vous avez un doute, vous apprenez après la quarantaine si elle a servi à quelque chose. C'est donc un million de gens qui devraient être en quarantaine toutes les semaines puisque c'est le nombre de personnes testées par semaine. Les universités sont actuellement des lieux où le virus circule vite. Science Po va fermer pour quinze jours. Je ne connais pas la probabilité d'attraper le virus après un cours de 3h passés dans une salle avec des étudiants qui enlèvent le masque tous les soirs lorsqu'ils sont entre eux. Est-elle nulle ?

D'après l'émission des informés du 18 septembre, nous avons les tests les plus chers d'Europe, 70 euros par test, pour des résultats vieux d'une semaine, le nombre de positifs déclarés aujourd'hui se sont fait testés il y a une semaine quand il n'y pas d'erreur dans la remontée des données Covid-19 : le couac de Santé Publique France sème le trouble sur les chiffres de l'épidémie. Nous testons donc un million de personnes par semaine pour un coût total de 200 millions d'euros par semaine d'après l'émission pour des résultats inexploitables puisque nous devrions rester en quarantaine le temps d'attendre des résultats qui surviennent après la fin de la quarantaine. Donc, les tests ne servent aujourd'hui qu'à connaître l'état de l'épidémie il y a une semaine. Nous payons 200 millions d'euros toutes les semaines juste pour obtenir ce chiffre sauf peut-être pour le ministre de l'économie qui entre en quarantaine pour avoir été testé positif il y a moins d'une semaine sinon sa quarantaine ne servirait à rien. Il a donc eu le résultat de son test plus rapidement.

Porter le masque toute la journée est difficile. Je comprends qu'on ait envie de passer une soirée sans masque. Aujourd'hui la loi impose de le porter partout. Si elle m'autorisait à l'enlever alors que je me promène dans une rue sans personne autour de moi, je serais sans doute moins tenté de l'enlever le soir. Si la loi était un peu plus rationnelle en somme.

2020-08-31 Le masque à la télé

Martin Hirsh éait l'invité de C dans l'air aujourd'hui pour présenter son dernier livre, a priori, un journal de bord de l'épidémie. Je ne sais pas trop quoi penser d'un journaliste qui avoue sans doute avec un peu de délectation ne rien connaître à la fonction exponentielle dont il explique pourtant assez bien l'évolution au cours du temps. Il est revenu un peu sur Didier Raoult avec assez de justesse. Je ne comprends toujours pas cette volonté d'imposer le masque partout au lieu d'expliquer comment la contagion s'effectuer et d'en tirer des règles précises qui permettraient de gérer les cas imprévus. Se promener dans une rue peu fréquentée sans masque me paraît moins dangereux que d'assister à une émission de télévision où personne n'apparaît masqué. Les journalistes disent enlever le masque une fois assis autour de la table, je suppose qu'une assistante passe avec un sac plastique afin que les journalistes les jettent. On ne saura pas. Vanessa Paradis étant arrivée sans masque à la table. Il n'y a pas de masque à la télévision. Ce document OÙ JETER LES MASQUES, MOUCHOIRS, LINGETTES ET GANTS ? précise qu'il faut emballer son masque dans un sac plastique et attendre 24h avant de le mettre à la poubelle. Les masques perdent donc en contagiosité. Seraient-ils réutilisables ? C'est la question que je me pose depuis le début. Si j'emballe le masque de lundi dans le sac du lundi, puis-je le remettre sept jours plus tard ? Et d'autres questions encore qui font qu'au cinéma, un siège sur deux est vide tandis que les trains sont bondés. L'intérêt d'avoir un service public est de pouvoir laisser la rentabilité de côté. Je ne sais pas quel est l'enchaînement d'événements qui aboutit à ce type de crise : SNCF : billets remboursés à 300% pour 2500 voyageurs bloqués toute la nuit dans le Sud-Ouest. J'aurais bien aimé avoir la version du contrôleur.

2020-08-21 Dernière interview de Dider Raoult

La dernière interview. Il faut vous laver les mains à chaque fois que vous vous mouchez. A part ça, il énonce quelques faits et quelques hypothèses. Parmi celles-ci, le fait que le confinement n'était pas nécessaire ou qu'il y a eu moins de contaminations parmi les personnes ayant continué à travailler que parmi les personnes confinés. C'est sans doute vrai en moyenne mais les résultats sont sans doute biaisés par l'âge. Les livreurs, les caissières ayant travaillé durant la crise sont souvent jeunes et donc moins sensibles au virus. Les personnes à risque se protègent... Mes hypothèses... Le virus circule parmi ceux qui sont le moins à risque, les jeunes, souvent asymptomatiques. Ils rentrent chez eux et contaminent leur foyer, 4, 5 personnes dont une ou deux personnes à risque.


more...

2020-08-16 Distanciation sociale dans les champs de betteraves

En quatre ans, personne n'a su ou voulu trouver des solutions pour se passer de machinticide pour les betteraves : Betterave et néonicotinoïdes : faute de solution, «il n'y aura plus de filière sucrière» d'ici 6 mois, affirme Pompili. Peut-être sont-ce les mêmes qui furent les auteurs de ce saccage : Bouches-du-Rhône : une exploitation bio saccagée et polluée par du glyphosate. J'ai découvert par la même occasion que bio ne veut pas dire sans insecticide : Les pesticides de l’agriculture bio : une vérité qui dérange. Il vaudrait mieux aller vérifier dans les champs ce qui est fait ou le faire soi-même finalement. Il y a plusieurs années, je suis tombé sur Les Fermes Miracle, un verger commercial de 5 acres inspiré de la permaculture dans le sud du Québec ce qui m'a inspiré ce petit jeu mathématique : Barrière d’arbres. Tout ça pour dire que la promiscuité favorise les scénarios catastrophes, les épidémies comme le COVID, et si je traduis cela dans un langage agricole, de grands champs de monoculture favorise les scénarios catastophes. Il faudrait réintroduire des haies, découper les grands parcelles pour en faire des lieux où on cultive de tout. Il faudrait pratiquer la distanciation sociale entre betterave, 50 cm entre deux betteraves, et mettre d'autres cultures entre les deux. On peut aussi essayer la betterave masquée, mais ça me paraît plus compliqué.

2020-08-11 Incompréhension

6 jours sous la canicule, une autre sorte de confinement. L'épidémie ne s'en va pas. Le masque dans les rues, puis le confinement à nouveau sans doute. Le réchauffement climatique, les fongicides qui reviennent parce qu'on n'a pas su trouver mieux. Quoiqu'en dise Christiane Lambert, ça reste un poison qu'on déverse dans les champs. On avalerait l’équivalent d’une carte de crédit par semaine. Et sinon, on doit porter le masque dans la rue mais pas dans un amphithéâtre à l'université.

6 jours d'affilé sous la canicule, ce sera 7 l'année prochaine, et 8 celle d'après. En 2030, soit vous achèterez une grosse clim, soit vous demanderez une modification génétique pour supporter le nouveau climat, ou vous rénoverez une cave à Paris pour y séjourner l'été.

2020-07-27 Cause, corrélation, vitesse limite

On confond souvent cause et corrélation. On peut dire que baisser les limites de vitesse diminuent le nombre de morts sur les routes. C'est vrai. Les deux faits sont corrélés. On serait tenté de dire que le nombre de morts est dû à une vitesse excessive. Peut-être. Pourquoi les gens n'acceptent-ils pas une réduction de la limite de vitesse bien qu'ils sachent que cela réduit le nombre de morts ? Serait-ce par égoïsme ? C'est sans doute assez réducteur. Les scientifiques ont prouvé que parcourir 100 km à 80 hm/h produit moins de gaz à effet de serre qu'à 100 km. C'est un phénomème physique, la résistance de l'air augmente lorsque la vitesse augmente. Une réduction de la vitesse a un effet écologique positif. Une erreur de conduite à 100 km aura sera toujours plus grave qu'à une vitesse inférieure. C'est physique. Il est plus facile d'accepter une réduction de la vitesse lorsqu'on a un chauffeur et qu'on peut rester occupé pendant le trajet. Il serait intéressant de voir où et quand se produisent les accidents. Nous ne sommes pas non plus tous de bons conducteurs. Mon père n'aimait pas conduire, sa vue n'était pas non plus la meilleure du monde. La résistance à l'air est la même pour tout le monde, la prudence au volant dépend de chacun. Certains conducteur sont plus prudent à 130 km/h que d'autres à 80 km/h. Si les gens n'acceptent pas la limitation de vitesse, c'est peut-être car ils pensent que c'est une sorte de sanction imposée à tous lorsque seuls quelqu'un sont fautifs. Une punition collective en somme.

2020-07-12 Des masques en espace clos

Les médecins conseillent le port du masque dans tous les espaces clos, Tribune : des médecins réclament «le masque obligatoire» dans les lieux publics clos, ou plutôt ils réclament que le port du masque soit obligatoire. Cela corrobore les conclusions trouvées par une équipe chinoise que je citais le 21 mars : Coronavirus can travel twice as far as official ‘safe distance’ and stay in air for 30 minutes, Chinese study finds. Qu'est-ce qu'un bus sinon un espace clos. Un autre article pour illustrer les blocages quels qu'ils soient pour accéder aux données liées à l'épidémie. J'ai contribué à un collectif bénévole pour tenter de prédire l'évolution de l'épidémie durant le confinement. J'ai beaucoup appris et j'ai vu aussi que, si nous disposons d'un des meilleurs systèmes en terme de collecte de données, nous disposons également d'un des pires systèmes quand il s'agit d'y accéder. C'est ce que transcrit cet article : Données épidémiologiques: la pénurie cachée. Il n'y a pas de collecte standardisée, les hôpitaux, chaque hôpital, les médecins de ville, SOS médecins... Rien n'est fait pour pouvoir exploiter ces données en cas de crise. Un dernier article pour la route Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat.... La question derrière lincapacité de Renault à anticiper l'avenir c'est la locomotion de demain. Moteur électrique, moteur hydrogène, intelligence artificielle autant d'idées qui ne sont guère en chantier chez Renault. Il ne faut pas oublier la voiture en kit et open source Tabby EVO, ce en quoi Renault croyait il n'y a pas si longtemps que ça : Renault crée la surprise avec une voiture open source. Ce projet ci est prometteur : Wikispeed Car.

2020-07-04 Un premier ministre qui change seulement de nom

Jacques Attali sur Le monde d'après l'été du samedi 04 juillet 2020. D'après lui, le changement de premier ministre n'a aucune incidence sur la suite et aucun impact sur les enjeux de demain. La France s'écroule et on change les hommes. Il dit aussi qu'en temps de crise, on ne laisse pas les ingénieurs d'Airbus ou de Renault à l'arrêt ou produire des avions ou des voitures dont personne ne veut, on les mobilise ! La France ne forme pas de biogénéticien, elle forme des ingénieurs qui vont en finance gagner de l'argent, c'est un immense gâchis et une énorme énorme à moyen terme. On ferait de créer un département innovation au sein d'Airbus pour développer les outils de demain, avion solaire... Au lieu de ça, ils vont se retrouver à la retraite ou au chômage le temps de se retrouver dans une structure plus petite et qui n'aura jamais la force de frappe d'une entreprise comme Airbus. Airbus est né d'une volonté politique dans les années 1960 et pour casser un monopole. Ils ont des ingénieurs de talents. Il faut leur donner une page blanche à remplir sur le thème de la société de demain et ne pas les laisser s'éparpiller.


more...

2020-07-02 Auditions des anciens ministres de la santé

J'écoutais aujourd'hui l'audition de l'ancienne ministre Agnès Buzyn : Coronavirus : Agnès Buzyn devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale. L'audition permet de découvrir comment l'Etat fonctionne, comment il gère les risques sanitaires, comment il entrepose 38.000 palettes de produits importants en cas d'épidémie de tout type. Le Figaro titre Devant la commission d’enquête, Agnès Buzyn peine à convaincre. Il est facile de prendre les bonnes décisions après coup, c'est souvent ce que les économistes font d'ailleurs. L'ancienne ministre a effectivement détaillé les decisions qu'elle a prise jusqu'à sa démission et son intuition était bonne. A l'en croire, elle a developpé une stratégie efficace dans les limites que lui imposaient le fonctionnement d'un Etat sans doute mal préparé à hâter sa gestion administrative. Sa clairvoyance lui a permis d'entrevoir l'ampleur de l'épidémie naissante, elle lui a peut-être permis d'entrevoir également la difficulté que le gouvernement allait éprouver à gérer la crise. Fin janvier, la ministre apprend qu'il y a six morts à Wuhan, que la maladie se transmet entre individus, que c'est sans doute le début d'une épidémie grave, que la matière première des surblouses est fabriquée pour le monde entier à Wuhan et que celle-ci vient de se confiner. L'épidémie n'est pas encore certaine mais il apparaît fin janvier, la pénurie de certains matériels est déjà connue et irrémédiable.


more...

2020-06-24 Hydroxychloroquine

C'est compliqué de se faire une opinion sur la chloroquine. Je ne comprends pas vraiment cette volonté d'aboutir à une conclusion binaire, oui ou non, pour ce médicament. Si les études produisent des résultats différents, il faut comprendre pourquoi. C'est comme ça qu'on progresse dans la recherche. Et d'une manière génrale, si elles produisent des résultats différents, c'est que soit on ne teste pas la même chose, soit on ne le teste pas de la même façon. Je cite cette interview d'un médecin qui cite des faits qui vont dans le sens d'un effet positif de la chloroquine. Hydroxychloroquine: «L'étude de Didier Raoult était parfaite», assure le Pr Christian Perronne. Les études faites à la suite de celle du Docteur Raoult ne testaient pas la même chose, elles mesuraient le taux de guérison des patients après plusieurs semaines. Tout d'abord, il est peu probable que les patients aient suivi exactement le même traitement. Ensuite, la première étude du professeur Raoult ne testait pas le taux de survie, elle étudiait le taux de contamination et celui-ci baissait plus vite sur les patients traités à l'hydroxychloroquine associés à un antibiotique : les patients étaient contagieux moins longtemps. A ma connaissance, aucune autre étude n'a vérifié cela et c'est bien dommage. Au lieu de ça, on a vu des études fabriquées pour une conclusion précise. Coronavirus. Loin de la controverse, la Grèce a repris la production de chloroquine, Qu’importe l’OMS, l’Afrique ne renonce pas à la chloroquine. Je reviens également sur les études randomisées sur des traitements. Si scientifiquement, elles sont robustes, éthiquement, elles sont quand même bancales. On voit souvent l'injustice côté patient. Mais... Si vous savez qu'un traitement a de grandes chances de sauver quelqu'un, mais que le patient en question doit recevoir un placebo pour éviter de mettre en danger une étude randomisées... Je me demande dans quelle mesure cette décision n'est pas couverte par la notion de non-assistance à personne en danger. Que dire alors de la convention citoyenne pour le climat ? Serait-ce un essai randomisé pour vérifier que l'assemblée des députés est représentative ? Il apparaît que les propositions de cette assemblée sont très éloignées de celles des députés. Que faut-il en déduire ?

2020-06-15 Des maux aux mots

Le président a parlé... pour rappeler que l'école était obligatoire et que d'ailleurs elle le serait de nouveau le 22, dans des classes à 28 avec un mètre entre chaque table. On ne sait pas trop comment la géométrie va bien pouvoir résoudre ce paradoxe... Thomas Piketty : "Les médias devraient refuser ce genre de simulacre où l'on peut dire n'importe quoi". Même si le président a l'air satisfait de la réaction de la France, Jacques Attali souligne que d'autres pays ont su faire mieux, ont eu moins de morts et n'ont pas arrêté l'économie : Santé de l’économie et économie de la santé. Il est difficile de deviner la direction suivie par le gouvernement, il sauve les voitures mais l'hôpital attend toujours d'être sauvé ou achevé. Les hommes sont excessifs à en mourir. Ce documentation sur Arte, Le saumon, un bon filon, montre comment la Norvège est en passe d'achever le saumon sauvage avec l'élevage des saumons. Cela ne les empêche pas d'envisager une multiplication par cinq de leur production actuelle. Un chef trois étoiles a récemment retiré le saumon de sa carte au motif que la qualité n'est plus là.

2020-06-05 Encore une étude sur l'hydroxychloroquine qui manque de sincérité

Visiblement, l'étude du Lancet a été écrite en commençant par la conclusion qu'on souhaitait y voir apparaître : Covid-19 : deux études rétractées par deux grandes revues médicales. Les données ont sans doute été assemblées sous couvert d'un grand nombre (90.000) pour étayer la conclusion souhaitée.

L'interview de Didier Raoult fait écho à un reportage que j'ai vu sur Arte : Cobayes humains qui détaillent comment des américains, pauvres, subsistent en participant à des essais cliniques. Le documentaire détaille comment les compagnies pharmaceutiques éludent les interactions entre médicaments impossibles à vérifier. Si un médicament est efficace, les études devraient converger, quelque soit la méthode choisie. Le médecin rappelle que les études randomisées sont difficiles à réaliser et à analyser. Difficiles à réaliser car il est difficile de demander à un patient de prendre un médicament qu'on pense moins efficace qu'un autre. Difficiles à analyser car si les patients prennent un même médicament, ils le prennent rarement de la même manière, sans respecter à la lettre les prescriptions. Dans ce cas, le bruit introduit par ces petites différences peut être plus que l'effet qu'on cherche à mesurer.


more...

2020-05-24 Encore une étude sur l'hydroxychloroquine

Encore une étude sur l'hydroxychloroquine Hydroxychloroquine or chloroquine with or without a macrolide for treatment of COVID-19: a multinational registry analysis. Elle semble montrer uqe l'hydroxychloroquine est inefficace, voire augmente le taux de décès chez les patients qui ont pris ce traitement. L'étude a été réalisée sur la base de données venant de 671 hôpitaux, elle inclut 96.000 patients, qui ont reçu ou non moins de 48h après leur diagnotic à l'hôpital un traitement à base de choloroquine. Je reproduis ici le tableau principal.

2020/05/30 L'étude du Lancet sur la chloroquine suscite des questions de scientifiques... Et les chiffres de cette étude sont faux... Les publiciations médicales laissent vraiment à désirer.


more...
-->

Xavier Dupré